Une rencontre entre deux associations qui œuvrent pour un développement durable
basé sur l'autonomie paysanne et familiale locale.

 

Yann G., chargé de mission, est aller à la rencontre de Prosper Adzohonou, coordinateur national du CRASDP, afin de visiter les projets mis en place par cette association aux moyens modestes qui ne manque ni d'idées ni d'ambitions.

Le but de cette mission :

- évaluer les moyens et techniques misent en place pour le développement de l'autonomie alimentaire et économique des populations rurales.

- évaluer les possibilités d'actions pour l'amélioration des conditions de vie (sanitaires, sociales, économiques), s'inscrivant dans le processus d'un développement durable.

- établir les bases d'un partenariat pour la création d'un centre agro-écologique pour la promotion et la formation aux techniques relatives à l'autonomie alimentaire et économique, à la gestion de l'environnement et au développement durable.

Mars 2014 : mission Togo

                       CRASDP Togo 2     crasdp kpalimé
                                              CRASDP Tsévié                                                           CRASDP Kpalimé

Conditions de vie

Pour bien comprendre la situation :

Il faut savoir que le niveau de vie au Togo est très bas : le salaire minimum mensuel est de 53,00 € environs. (Pour info, en France, le seuil de pauvreté est estimé à 900 euros !).

L'accès à l'électricité est réservé aux villes et même là, les coupures sont fréquentes (un jour sur deux en moyenne) ; l'accès à l'eau est difficile même dans les villes où il faut remplir ses seaux au coin de la rue et il est recommandé de la faire bouillir avant de la consommer !

Le pouvoir d'achat est donc très bas et l'accès à une alimentation variée et aux soins médicaux ne sont pas donnés à tout le monde.

                                                           termitière au togo  Termitière                                              

Le Togo où la « pauvreté » peut être la « richesse » du peuple.

Malgré tout, le Togo possède un atout majeur : l'accès à la terre. La population est essentiellement rurale et les villes sont peu nombreuses et peu développées.

Hors, la terre est la richesse, le capital du peuple ; elle est son passé, son présent et son avenir.

L'agriculture paysanne et familiale est la ressource principale des communautés éloignées des villes principales. Et les campagnes dominent encore les espaces urbains, destructeurs de ce capital qui tend à disparaître dans les pays « riches ».

C'est pourquoi ce pays « pauvre » peut être considéré comme un pays encore neuf qui peut évoluer vers un avenir prometteur car il possède les atouts nécessaires à son développement, pour peu qu'on fructifie son capital avec sagesse et de façon durable.

Le problème, c'est que l'agriculture conventionnelle à contribué au défrichement des terres. Et les mauvaises habitudes sont tenaces !

De plus, la course à l'argent « facile », pousse les gens à couper les arbres pour la production de charbon, source de revenus. Et comme personne ne replante après avoir coupé, la terre s'assèche et les ressources disparaissent.

C'est pourquoi le CRASDP s'applique à promouvoir une agriculture éco-responsable. Le but étant de mettre en place un développement agricole durable d'une part, et d'apporter une autonomie alimentaire saine ainsi qu'une économie locale aux communautés paysannes du Togo.

 

Un partenariat pour le partage des connaissances

L'ADAAE-ASE et le CRASDP ont décidés de signer un partenariat pour la création d'un Centre Agro-écologiue de Formation et de Prodructions Durables (CAFDP).

Préambule :
Soucieux de l’avenir des populations, jeunes, femmes et hommes d’Afrique et de part le monde entier se mobilisant pour mettre en place des initiatives.

Vu les motivations qui ont suscité la création de leur organisation respective, l’Association ADAAE-ASE et le CRASDP ont décidé de créer un cadre commun pour la réalisation de leurs objectifs.

Les objectifs communs sont:

- Rechercher et promouvoir les systèmes de production durable et écologique.

- Vulgariser les systèmes d’énergie renouvelable pour réduire la dépendance de l’extérieur en valorisant l’expertise locale et les échanges avec l’extérieur.

- Offrir des services et appuis nécessaires dans le cadre de la sécurité alimentaire.

- Offrir des services et appuis nécessaires dans le cadre de la santé et l'aide sociale .

- Développer et promouvoir la culture et la consommation des végétaux et des plantes comestibles et utiles.

- Expérimenter, faire connaître et développer la connaissance des techniques et outils liés à l’autosuffisance alimentaire et économique.

- Promouvoir l’utilisation des connaissances et savoirs traditionnels.

Les deux structures s’associent pour réaliser leurs objectifs et s’ouvrir sur le monde extérieur.

Les deux structures ont décidé de développer des programmes ou projets dans divers domaines qui engagent leurs intérêts communs et au profit des populations démunies :

  • environnement et protection des ressources naturelles,

  • énergies renouvelables,

  • production et transformation des produits,

  • actions sociales (réinsertion, création d’emplois, appui aux handicapés, etc.).

 

Les actions du CRASDP :

Projet en cour : (en recherche de financements)

- Réhabiliter les berges du fleuve Zio :

Les berges ont été défrichées à outrance et la conséquence directe est l'assèchement du fleuve.

Les villages sont mis à contribution pour reboiser les berges et pour développer des cultures sources de revenus. Dans un souci de ré-végétalisation durable, la réintroduction d'arbres (essences locales) ainsi que de ruches et d'insectes pollinisateurs et la mise en place de pépinières sont au programme.

L'action est donc écologique mais aussi sociaux économique puisqu'elle implique les populations (éco-responsabilité), en leur fournissant des sources de revenus.

 

Projets mis en place et en cour de développement :

- Élevage de porcs dans la région de Tsévié :

                                       porcs 1   porcs 5

                         But : développer une économie locale inscrite dans un développement durable.

                                                       porcs 2    porcs 3

                                             Alimentation : déchets végétaux (épluchures de légumes) et farine de maïs.

                                                                                       Le lisier est réintroduit dans le jardin.

                                                                             porcs 4

 

- Élevage de poules pondeuses dans la région de Kpalimé :

                                             poules pondeuses   

                                                                                  Alimentation : farine de maïs essentiellement.

                                                                                                         Cheptel : 200 poules.
                                     poules pondeuses   poules pondeuses

                                                                                                               Rendement : 93 %.

                                                                                   Le lisier est réintroduit dans le jardin potager.

                                                                             poules pondeuses 

 

- Pisciculture dans la région de Kpalimé (Kpélé) :

                                                                           psciculteurs en afrique

                                        Alimentation : déchets végétaux (épluchures de manioc et autres) ;
                                                       les racines des nénuphars fournissent un aliment.

                                       pisciculture 2    pisciculture 4


                                                                                 Poissons : alevins de silures (poissons chats).
                                         pisciculture 3   pisciculture 1
                                             Fosse à nouriture: les déchets végétaux sont mis en décomposition

Pour l'instant un seul bassin de 15 m sur 8 m est opérationnel, mais un autre bassin est en projet. Il sera relier au premier pour assurer un écoulement de l'eau (rotation) qui vient de la rivière et retourne à la rivière.

 

- Atelier de poterie dans la région de Kpalimé :

                                            poterie en afrique     poterie en afrique 1

Des groupements de femmes s'investissent dans la construction de fours pour la création de poteries.

L'argile est extraite au pied de la montagne.

Les moyens financiers étant réduits, les installations avancent à petits pas. Ce qui n’empêche pas les femmes d'être motivées et fières de leur progrès.

 

                                                     

 

- Coopérative apicole de Kpalimé :

                                                 

 

M. Kwami Adzohonou, membre actif du CRASDP à créé la COOP CA A.E.H. (Conseil d'Administration - Apiculture Environnement Humanité).
 

                                      ruche kenyane    ruche kenyane 2                                                                                                      Ruche kényane

Le but étant de fournir aux apiculteurs locaux une structure de vente et des conseils pour le développement d'une apiculture écologique.

Les acteurs fabriquent aussi des ruches africaines (ruche auge africaine et ruche kényane).

                                 Ruche auge africaine    ruche africaine 1 
 

 



                                séchage du riz au Togo

Dans la région de Tsévié, un canal à été mis en place pour approvisionner les villages éloignés en eau. Ce qui permet de développer la culture de divers fruits légumes et céréales. Ici, une unité de séchage du riz.

                                    séchage du riz au Togo    séchage du riz au Togo

                                                       séchage du riz au Togo

 

Afficher la suite de cette page