ERYTHRINA

Erythrina est un genre de plantes à fleurs de la famille des pois Fabaceae. Elle contient environ 130 espèces, qui sont distribués dans les régions tropicales et subtropicales dans le monde entier. Ce sont des arbres, poussant jusqu'à 30 m (98 pieds) de hauteur. Le nom générique est dérivé du mot grec ερυθρóς (erythros), sens « red, » se référant à la couleur de la fleur de certaines espèces.
Particulièrement en horticulture, l'arbre de corail du nom est utilisé comme un terme collectif pour ces plantes. « Arbres de flamme » est un autre nom vernaculaire, mais peut faire référence à un certain nombre de plantes non apparentés ainsi. De nombreuses espèces de Erythrina ont des fleurs rouge vif, et cela peut être à l'origine du nom commun. Cependant, la croissance des branches peut ressembler à la forme de corail de la mer plutôt que la couleur du Corallium rubrum spécifiquement, et il s'agit d'une autre source pour le nom. Autres noms populaires, habituellement locales et particulières aux espèces distinctes, comparent les teintes rouges des fleurs à ceux des caroncules d'un poulet mâle, ou la forme de fleur aux spurs de sa jambe. Voit souvent des noms espagnols pour toutes les espèces locales sont bucaré, frejolillo ou porotillo, et en Afrikaans, certains sont appelés kaffirboom. Mullumurikku est un nom très répandu au Kerala.

 
 

Description et écologie :
Asian Pied Starling (Gracupica contra) nourrissant de fleurs indien Coral Tree (e. variegata) à Calcutta (Inde).
Toutes les espèces de Erythrina n’ont pas des fleurs rouge vif. Le Wiliwili (e. sandwicensis) a variation extraordinaire dans sa couleur de fleur, avec orange, jaune, saumon, vert et blanc se trouvent au sein de populations naturelles. Ce polymorphisme de couleur frappante est probablement unique dans le genre.
Toutes les espèces sauf le hybrides stériles × e. sykesii ont fruit legume-type, parfois appelé gousses, contenant plus de graines. Les graines de flottaison résilients sont souvent portées par la mer sur de grandes distances et sont communément appelés « fèves de mer ».
Erythrina feuilles sont utilisées comme plantes alimentaires par les larves de certaines espèces de lépidoptères, y compris le papillon swift Endoclita damor laineux ours Éridan Hypercompe et Hypercompe icasia. La munsteri de Tydée acarien est un ravageur sur l'arbre corail côtières (e. caffra).
De nombreux oiseaux visitent les fleurs de Erythrina riches en nectar. Dans la région néotropicale, ce sont habituellement plus gros colibris, par exemple le Colibri de Swallow-tailed (Eupetomena macroura) et à gorge noire (Anthracothorax nigricollis) et mangue verte à poitrine rousse (a. prevostii) – bien qu'ils ne semblent pas l’affectionner particulièrement. Ils le visitent plutôt de façon opportuniste

 
Utilisation par les humains :
Certains arbres de corail sont largement utilisés dans les régions tropicales et subtropicales comme street et parc d'arbres, surtout dans les zones sèches. À certains endroits, comme le Venezuela, bucarés sont utilisés comme des arbres d'ombrage pour les cultures de café ou de cacao. Dans la région du Bengale, ils sont utilisés aux mêmes fins dans les plantations de dichotoma Schumannianthus. E. lanceolata en particulier est considéré très convenable comme arbre « frame » pour la culture de la vanille.
Erythravine est un alcaloïde tétrahydroisoquinoline d'Erythrina mulungu, étudié pour les propriétés anxiolytiques possible.
Les arbres de coraux visibles, même dramatiques sont largement utilisées comme emblèmes floraux. Cockspur Coral Tree (e. crista-galli) est la fleur nationale de l'Argentine et l'Uruguay. L'arbre de corail côtières (e. caffra) est l'arbre de la ville de Los Angeles, en Californie, où il est appelé simplement le « arbre corail ». Les arbres de l'état de Mérida et Trujillo au Venezuela sont bucaré ceibo (e. poeppigiana) et Purple Coral Tree (bucaré anauco, e. fusca), respectivement. Yonabaru Okinawa ainsi que la préfecture d'Okinawa et la Province de Pathum Thani ont l'arbre de corail indien (e. variegata) comme emblèmes floraux. Connu comme thong lang en Thaïlande, cette dernière espèce est aussi un de le thong ("arbres") appelé au nom de Amphoe Chom Thong.
Dans l'hindouisme, l'arbre mandara dans le jardin du Indra Svarga est jugé e. stricta. Le même motif se trouve dans le bouddhisme tibétain, où la ba de ra da man poussant dans Sukh?vat? est identifiée comme un arbre corail indien (e. variegata). Le concept des cinq arbres de paradis se trouve également dans le gnosticisme chrétien. Bien qu'aucun des arbres est identifié comme un Erythrina ici, le concept ne pourrait pas être directement lié aux religions asiatiques comme certains le présume.
Les graines d'au moins un tiers des espèces contiennent des alcaloïdes erythrina puissant, et certaines d'entre elles sont utilisées à des fins médicinales et autres par les peuples autochtones. Ils sont toutefois tous toxiques dans une certaine mesure, et les graines de certains peuvent causer un empoisonnement fatal. Les principaux composés actifs dans ce genre semblent généralement être alcaloïdes, tels que scoulérine, erysodin et erysovin (à savoir en élégants e.) et l'erythravine anxiolytique putatif (isolées de Mulungu, e. mulungu). Sauf à des fins ornementales, en croissance, de vendre ou d'avoir en sa possession Erythrina est interdite par Louisiana State Loi 159 (où le genre est mal orthographié Erythina).

 
GUETTARDA SPECIOSA

Non menacé.
Utilisations :
Huile essentielle, bois résistant aux termites.

 


 

L’écorce sert à soigner les rhumatismes ; on l’emploie aussi comme anti-diarrhéique et
fébrifuge (Pétard, 1986)
Divers usages médicinaux en Indonésie, en Micronésie, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, Iles
Fidji et à Tahiti ainsi qu’en Nouvelle-Calédonie, Samoa.



Composition chimique :
Curieusement, la chimie de cette espèce très banale reste pratiquement inconnue.
 Intérêt industriel :
Le bois de Guettarda speciosa est résistant aux termites.

Ilex anomala Hook. & Arnott (AQUIFOLIACEAE)
 

Noms communs : Ilex marquensensis ;Ilex taitensis ; kawau ; aiea.
 Non menacé

 
   

 Utilisations :
Traditionnellement utilisé par les Tahitiens comme masticatoire pour lutter conte la fatigue
Composition chimique:
Elle est à comparer avec celle de Ilex paraguensis qui fournit le célèbre « maté » d’Amérique du Sud (de nombreux ouvrages traitent de cette plante).
Caféine : 4 % (drogue sèche).
Utilisé pour son huile essentielle; son tanin et sa gomme résine.

Intérêt industriel :
Dans le domaine du médicament
Introduction dans la liste des plantes médicinales de la « pharmacopée » en raison de propriétés stimulantes au même titre que les drogues à caféine (café, thé, cola, guarana, maté…).
Introduction dans la liste des drogues du Cahier de l’agence no 3 avec comme indications 47, 83,
85, 86, 151, par voie orale ; 30, 86, par voie locale.
« Traditionnellement utilisé » :
– 47 : dans les diarrhées légères
– 83 : dans les états de fatigue passagers
– 85 : pour faciliter la perte de poids en complément de mesures diététiques
– 151 : pour favoriser l’élimination rénale de l’eau
– 30 : en usage local, comme traitement d’appoint adoucissant et pour calmer les démangeaisons des affections de la peau, en cas de crevasses, écorchures, gerçures et contre les piqûres d’insectes
– 86 : en usage local, pour faciliter la perte de poids en complément de mesures diététiques.

Dans le domaine agroalimentaire :
En raison de sa teneur en caféine, pourrait être utilisé dans des boissons stimulantes (du type
« Coca-Cola », « guarana », « thé ») ou boissons dites « énergisantes ».

Contraintes réglementaires :
Pour respecter la législation française, la teneur en caféine des boissons « stimulantes » ou« énergisantes » ne doit pas dépasser 150 mg/L

IPOMOEA PES-CAPRAE
 
Ipomoea pes-caprae, appelée patate à Durand à La Réunion et Maurice, et patate-bord de mer aux Antilles françaises, est une liane rampante de la famille des Convolvulaceae qui colonise la partie haute des plages des régions tropicales.
Par contraction phonétique la plante est appelée patatran aux Seychelles, batatran à l'île Maurice.

 

Description :
C'est une liane pérenne qui développe à la surface du sol de très longues tiges rampantes angulaires ayant de 5 à 30 m de long. Elle se fixe dans le sable par des racines développées au niveau des noeuds. Elle peut former de grand tapis épais contribuant à stabiliser le sol.
La feuille simple et épaisse est obovale à elliptique et émarginée. Lors d'un fort ensoleillement, le limbe se replie légèrement le long de la nervure centrale afin de réduire l'évaporation.
La corolle infundibuliforme est rose taché de pourpre, de 5-6 cm. La fleur ne reste épanouit qu'une seule journée.
Les fruits sont des capsules globulaires, de 10-15 mm de diamètre, à 4 valves brunes et renferment 4 graines.

Écologie :
Ipomoea pes-caprae est pantropicale.
Elle se retrouve sur les hauts des plages des zones tropicales des océans Atlantique, Indien et Pacifique, et fournit un bon exemple de dispersion océanique.

Utilisations :
En Afrique les gents mangent les feuilles.
Aux Antilles, les racines s'utilisent en décoction contre les coliques et les fièvres.
A La Réunion, la décoction de feuilles sert contre les inflammations, les rhumatismes, les crampes ; les jeunes feuilles écrasées permettent de faciliter l'extraction d'épines d'oursins
Dans de nombreux pays, l'Ipomoea pes-caprae est un remède contre les inflammations, les coliques, la gonorrhée et les douleurs. Des chercheurs brésiliens ont montré que l'extrait méthanolique des parties aériennes avait une activité antinociceptive signitificative. Des études phytochimiques préliminaires ont suggéré la présence de stéroïdes, de terpénoïdes, d'alcaloïdes, de flavonoïdes et des glycosides d'acides gras, nommés pescaprosides A, B, E, I-IX.

 
LEPIDIUM BIDENTATUM (BRASSICACEAE)
Statut IUCN : Indigène, non menacée.
 
 
Usages :
Alimentaire ; salade (Pétard, 1986).
Médicinal ; vulnéraire ; cicatrisant (Pétard, 1986).
Une autre espèce, Lepidium meyenii (Maca), semble plus connue, en particulier pour ses propriétés libido-stimulantes (Balick et Lee, 2002).
 
Composition chimique : Non connue

MORINDA  CITIFOLIA L. (RUBIACEAE)

Noms communs : Noni
 

Utilisations : Fruit, feuilles, écorce, racine et tige.
Gingivites.Tuberculose. Anthelmintique (hommes et animaux).
Purgatif
Consommation alimentaire +/– régulière ; en cas de famine uniquement sur certaines îles.
Fleurs :
Problèmes oculaires.
Feuilles :
Traitement des teignes, des furoncles
Rhumatismes et douleurs rhumatismales
Problèmes inflammatoires en application externe
Refroidissements et neuralgies faciales (application externe)
Refroidissements du torse et toux (application externe)
Inflammation buccale (par mastication)
Traitement des saignements internes, gonflements et problèmes hépatiques par application externe
Traitement des ulcères et de la goutte
Écorce :
Astringent dans le traitement de la malaria.
Racine :
Traitement de l’hypertension.
Activité anticancéreuse sur carcinome.
Activité antibactérienne (faible) sur diverses souches.
Inhibition Cox-1 (forte).
Inhibition des tyrosine-kinases, augmentation de la fragmentation de l’ADN irradié par UV et de l’apoptose en résultant (damnacanthal).
Activité antivirale (sur HIV).
Activité hypotensive.
Tige :
Activité antimalariale in vitro.

Intérêt industriel :
Fruit commercialisé à grande échelle comme supplément alimentaire, principalement aux États-Unis,
sous forme de jus de fruit pasteurisé mais aussi de jus séché ou d’extrait sec.
 
Valorisation potentielle :
La production de fruit devrait se pérenniser, surtout avec l’ouverture du marché européen. La
valorisation comme boisson ou aliment à propriété anti-oxydante est à développer.
L’aspect thérapeutique, dépendant des études en cours, semble plus aléatoire, pour des raisons à la
fois réglementaire et scientifique. En effet, la quasi-totalité des effets observés est à relier au
pouvoir anti-oxydant ou à l’aspect immuno-stimulant. Il s’agit là de propriétés biologiques non
spécifiques, et non de propriétés thérapeutiques spécifiques.
 
Contraintes réglementaires :
Une autorisation européenne du Scientific Comitee on Food (S.C.F.) pour la commercialisation d’un produit (Tahitian noni juice, Morinda Inc.) a été accordée en décembre 2002. Cette autorisation, obtenue sur présentation d’un dossier principalement toxicologique, permet de
conclure à la non-toxicité du produit étudié.
Cette première autorisation devrait permettre l’obtention d’autres autorisations par la procédure simplifiée de l’équivalence substantielle.
Une demande de commercialisation a été déposée en 2003 en Grande-Bretagne par la société US Neways International pour un jus de noni.
 
Brevets relatifs au morinda :
Nous avons identifié 63 brevets relatifs, au moins partiellement, au morinda. Ils touchent tous les domaines : fabrication, formulation, activité biologique, cosmétologie, alimentation humaine ou animale…

 
NYPA

Nypa est un genre qui appartient à la famille des arécacées, et qui ne comprend qu'une seule espèce, Nypa fruticans (Wurmb, 1779). Ce palmier peut former de véritables mangroves dans le sud de l'Asie.
C'est un genre très ancien. On a ainsi retrouvé des restes de pollen fossilisé de palmier mangrove qui sont estimés à 70 millions d'années.
Le genre Nypa est l'unique représentant de la sous-famille Nypoideae.
Le stipe du palmier nypa est sous l'eau. Seules les feuilles sont à la surface